jeudi 31 octobre 2013

Dans le lit

Le petit matin se glissait dans le pli des draps tout entortillés par les gigotements de la nuit. On se tenait la main. Puis, ce fut l'épiphanie, un surgissement de lumière semblable à la violence d'un flash de soudure. La clarté du sentiment paraissait insoutenable, indécente presque. Toujours est-il que nous étions allongés. On glandait dans le lit, affalé au fond d'une paresse indescriptible. J'imaginais la noirceur de la ruelle et le Stade olympique. C'était le matin. La clarté et l'obscurité se bousculaient l'espace entre mes deux oreilles. Il y avait des mots personnels et des graines de chips dans le lit. J'avais cette tour suspendue devant moi, mais recourbée à l'intérieur de mes yeux. Jamais j'aurais pensé aimer autant le Stade olympique.