mardi 22 janvier 2013

Dans le recommence



C'est cliché de le dire, mais ça fait du bien pareil : la rentrée est une période pour les fous. J'en suis. Je me réjouis de tous ces visages, de tous ces yeux. Je m'étonne. Je passe proche de péter une coche pour un cellulaire qui s'avère une calculatrice. Je cours à mon bureau. Je leur dis de se re-connecter avec le littéraire en eux. Ils rient. Moi avec. Je marche dans l'allée, je fais des gestes sans fin avec mes mains, je taponne mes livres. Émilie Bordeleau et la petite fille qui jouait à l'école s'amènent dans ma tête, en rang, deux par deux. Souvenirs de craie et de tableau vert. Mon coeur se remplit comme une chute au printemps. Ça fait des gros caillots qui circonvolutionnent. À travers tous ces ronds, tu as pris le temps de me prendre. Dans tes bras, tu voulais savoir si j'avais de la peine... Où trouverais-je le temps? Mon coeur est crevé depuis des années, déjà. Il n'a plus la force de mes vingt ans. Par chance. Sinon, je n'aurais plus jamais l'audace de recommencer. Encore et encore. Comme à chaque session.