lundi 3 septembre 2012

Dans le merlan frit


Les yeux de Vinca luttaient d'azur avec la mer matinale. Elle peignait ses cheveux et recommençait, à bouche fermée, sa petite chanson, son vague sourire... [...] Il cacha son visage au creux de son bras accoudé et contempla sa propre petitesse, sa chute, sa bénignité. "Ni héros ni bourreau... Un peu de douleur, un peu de plaisir... Je ne lui aurai donné que cela..."
(Colette, Le blé en herbe)
Si tu savais combien j'ai mal tu comprendrais ce qu'est la peine de devoir s'excuser. Nous ne nous sommes pas laissés, c'est qu'il est midi et qu'il fait noir.
(Denis Vanier, «Lettre 56», dans Correspondances avec Rémi Ferland)


Petite nature
     à la peau du coeur rosie 
Je déjeune dans ton visage détrempé
     de bâtiment courageux
Sais-tu que les chemins sont coulants
     en hiver comme en été
     dans tes yeux de merlan frit