samedi 30 juin 2012

Dans le porte-à-porte




Il n'y avait aucune apparence de pluie quand j'ai décidé d'aller traîner dans le parc. Ça s'est assombri et je me suis ramassée à la bibliothèque. J'ai pris mes messages et mon coeur a fait 8 tours quand j'ai vu qui avait tenté de me contacter pour finalement découvrir que son compte avait été acké. Plus simple (avoue que tu étais déçue pareil!??). Mais là, je ne suis pas plus avancée parce qu'il tombe des rideaux de pluie dehors, me retrouvant coincée à l'intérieur alors que je chérissais le projet de m'acheter un moule à gâteau. Je pratique mes intérieurs ces temps-ci. Avec l'été, je me transforme en une sorte de monstre mondain qui prend peu soin de ses intérieurs. Alors dès qu'il pleut, je me force : ménage, épicerie, lavage, lecture, écriture. Forcément, quand on vit plus à l'intérieur, on est davantage susceptible de recevoir de la visite. La semaine a donc commencé avec un ti-gars de Green Peace avec un ti-shirt de Pabst Blue Ribbons qui est venu me souhaiter BONNE FÊTE et me faire adhérer à son organisme, suivie de près par sa collègue qui trippait sur mon appart. Puis, ce matin, ce fut les Témoins de Jéhovas. Deux petites bonnes femmes pâlotes sur le contour, avec des barniques et des chemisers blancs transparents. Elles ont tenté de me convaincre que j'avais des questions à propos de la la vie après la mort, sur le sens de l'existence, sur la façon de vivre en paix. Elles ont été assez déçues de voir que je n'avais aucune interrogation et que je ne croyais pas à la paix universelle. L'argument le plus fort qu'elles m'ont servi concernait le téléjournal : si chacun lisait la Bible et faisait au mieux pour atteindre la perfection, il n'y aurait plus de mauvaises nouvelles à la télé. Persuasif?

Cette rencontre avec les Témoins a aussi eu du bon. Lorsque je suis descendue dans le hall du bloc appartement pour aller au dep juste après avoir constaté que mon lait était passé date, je suis retombée sur les deux petites bonnes femmes. Elles étaient en train d'entretenir ma voisine qui m'haït/m'ignore. J'en ai alors profité pour lui faire un signe de connivence, question de lui témoigner mon support dans l'épreuve. Et elle m'a souri l'air de dire : « Eh merde! C'est mon tour asteure. Moi aussi, je suis pognée avec. » Qui eut crû que des Témoins de Jéhova pouvait faire autant de bien autour d'eux? Qu'ils pouvaient humaniser et du coup améliorer les rapports entre voisins? En les croisant sur le trottoir après mon bref passage au dep, je leur ai fait un sourire qui est malheureusement resté à l'état de don. Aucun échange. Elles fixaient le sol. Peut-être étaient-elles découragées par la noirceur des âmes qu'elles venaient de rencontrer? N'empêche que si j'étais une brebis égarée, il faudrait un peu plus de ferveur et de ténacité pour me faire rentrer dans le rang. Là, elles m'avaient déjà oublié rendues sur le trottoir, dix minutes plus tard. Come on!