lundi 25 juin 2012

Dans la fête

Ça donne le cafard, les anniversaires. 27 ans, ce n'est pas le bout de la marde. D'autant plus que je n'ai pas de raisons de soupirer. J'ai eu mon éternel shortcake aux fraises. On m'a offert une chanson, du parfum, une Coors Light. Malgré tout, il y eut, au levée, ce coup monstrueux de nostalgie qui m'est monté aux yeux comme une traînée goudronneuse d'asphalte. Quelque chose qui vous tire vers le bas, qui vient du ventre ou d'une contrée lointaine, quasi-inhabitée. Plus la journée avance, plus ça se tasse. J'ai reçu le seul voeu qui m'importait absolument. Celui que j'espérais. Il comprenait le nombre de mots juste et est survenu à la minute exacte où il me le fallait. Cela a réconcilié mes humeurs désarticulées de fille qui vieillit malgré elle et j'ai pu ensuite essuyer les gros sillons mouillés creusées le long de mes joues. La journée n'est pas terminée.