vendredi 4 novembre 2011

Dans le vernaculaire trendy / Dans l'autre ton

1.
Si tu me vois ce soir, tu n'es pas obligé de me parler.
Si on se croise, j'aimerais intercepter une œillade entre les battements invisibles de tes paupières. Ça vaudrait au moins cent piasses, ça vaudrait deux fois plus cher qu'un spectacle de Gillian Welch (ça ne se peut pas ça, j'invente!).

Si je te rencontre, est-ce que tu pourrais me glisser à l'oreille que tu te retiens de me prendre, mais que ça ne saurait tarder, parce que me revoir encore bientôt serait déjà inscrit dans ton calendrier de professionnel pas-trop-occupé-juste-assez-buzzy.

...

2.
Si tu me vois ce soir, n'essaie rien. Fais juste rester longtemps. Pas sans respirer. Juste rester. Tranquille et sans mots. Les matins, plus personne n'aurait peur des rêves éprouvés la veille. Tu serais une longue nuit pourchassée jusque dans l'aube. Tu serais dans de beaux draps propres et chauds. Tu serais habité.

Tu ne connaîtrais jamais la peur.