vendredi 10 juin 2011

Dans l'entourage

À défaut de dormir, je me suis dit qu'il valait mieux se lever, boire du jus d'orange, regarder par la fenêtre immense qui donne sur la ville. J'essaie d'oublier que j'ai mal au ventre, que je suis fatiguée et que, curieusement, je ne m'en ressens pas trop. Bon Iver joue tranquillement cette chanson qui sonne tellement bien. « Skinny Love »

On se sent à l'étroit parfois, même dans son corps. Manque d'espace, de souplesse, de vent. J'aimerais aller me recoucher, mais trop de chimères se bousculent entre mes deux oreilles. Des scènes et des réponses parfaites s'y succèdent, bruyantes. Je fais les questions et les réponses, des réponses cette fois-là idéales. Je déteste ce genre de stress post-traumatique qui ne sert à rien en vérité. Il faudrait que j'aille nager dans la piscine au 21è étage pendant que les autres dorment encore. Le défoulement me ferait sûrement le plus grand bien : du chaud dans les muscles, un baume sur mon ventre. Mais je n'ai pas de maillot. Chatte!

Demain, j'irai rendre visite au nouveau-né. Une petite fille qui me fait pleurer seulement qu'à l'entendre chigner à l'autre bout du fil, en vie, belle déjà. Un baume, un autre. Par chance que la beauté et la bonté existent et ce, ardemment. Faut savoir s'entourer.