samedi 14 mai 2011

Dans les fleurs

Quand je suis entrée de ma course, je me suis adressée à la fougère en ces termes : « Je t'ai amenée de la compagnie! »

J'ai recommencé à voler des fleurs. Ce n'est pas vraiment du vol. Elles sont là qui traînent sur la pelouse dans le parc tout près. La tondeuse à gazon allait les raser de toute manière. Je récupère en quelque sorte. Comme lorsque j'avais cueilli les tulipes cassées que de jeunes connards avaient passé l'après-midi à botter à tous vents. Je m'en étais fait un joli bouquet : un soleil rouge déposé sur la table. Aujourd'hui, ce sont des étoiles bleues que j'ai sauvées d'un terrible destin. Il faut se dévouer à une cause ou à une autre. Les fleurs brisées en sont une. Noble et futile.