dimanche 27 mars 2011

Dans l'incohérente joie

Contrairement à la solitude
le vide ne s'invente pas
Ilse tient au-dessus des armoires
Touche le plafond
Il gueule l'incohérence
des absences recommencées

Ma joie toute crue
s'effondre contre ma joue
creusée par demain
et les ombres d'hier