mercredi 8 décembre 2010

Dans les bibliothèques

Suite au billet précédent...

Alors que j'écrivais un billet sur la solitude à la bibliothèque de l'université, j'ai reçu un cadeau. De la part d'un inconnu. Je crois que c'était l'esprit de Noël. Ou un truc du genre. Je ne sais pas mais ça m'a fait penser aux anges dont parle le monsieur dans le documentaire Pour la suite du monde de Perrault. Enfin, tout ça pour dire que : je sais bien qu'on est jamais seul dans la vie. Marie n'arrête pas de me le dire. Mais fondamentalement, voire physiquement, c'est vrai. À moins, d'avoir une jumelle siamoise de scotchée sur son épaule. Ce que je veux dire c'est que c'est tant mieux, si on est seul. On est bien tout seul. Et ce, à deux, à trois, à quatre, à mille. Tout seul avec le monde, on est bien aussi. Avant, je disais que nous possédions des solitudes monstrueuses. J'y crois encore. Je m'attache à ma solitude, à cette petite paix qui vient avec le silence des journées fatigantes.

Bientôt, c'est Noël. On mangera des gâteaux roses et verts. Je vais pouvoir dormir. Et je crois aussi que je vais aller m'assoir avec grand-père, juste pour boire du thé. Je lui raconterai le film de Perrault.