lundi 15 novembre 2010

Dans le corridor

La radio est allumée. J'écoute un poste qui a pour intitulé : Cowboy Cultural Society.  Verdict : je suis une caricature de moi-même. Je fais toujours les mêmes choses, les mêmes blagues, j'aime toujours les mêmes personnes. Elles sont identiques. Tu te tenais là encore ce matin, près de l'ascenseur. C'est quoi cette manie de surgir entre deux étages constamment. Comment fais-je pour me retourner au bon moment, celui où tu te détournes? Comment est-ce possible... d'accumuler les hasards parfaits comme ça, toute une vie durant?

Combien de temps peut-on tenir sans approcher un homme? Sans même en regarder un? Par chance, j'ai du vernis à ongles sur les doigts... qui me permet de penser à autre chose... : à la neige qu'on annonce, aux chemises blanches roulées sur l'avant-bras, aux copies à corriger, aux lunettes rondes, aux lièvres morts, aux timidités.

La plus banale critique des témoignages donne à penser qu'un individu quel qu'il soit n'est pas un témoin digne de foi en sa propre cause. (G. Gusdorf)